in ,

Entrevue avec Silvàn Areg, notre finaliste favori pour l’Eurovision

L’Eurovision a toujours su capter l’attention médiatique du pays, malgré le faible rayonnement français de nombre d’éditions récentes. Depuis peu l’Hexagone a ( donc) modifié sa politique en ce qui concerne la sélection de l’artiste qui le représentera, en créant le concours “Destination Eurovision“.

Notre site n’a à première vue pas vocation à couvrir ce concours international qui indiffère ou désespère beaucoup de nos mélomanes, au vue des interprètes qu’on y envoie. Nous avons néanmoins un favori cette année, un candidat qui sort à nos yeux complètement du lot et qui ferait retentir notre musique dans toute sa subtilité.

Ce candidat c’est Silvàn Areg, lyonnais dans la fleur de l’âge à l’identité artistique effrontément assumée, dans la juste lignée des conteurs d’antan et des “chenapans” passionnés.

Un auteur-interprète hors pair

S’il apparait au grand jour depuis peu au travers de ce concours national, le Monsieur n’en est pourtant pas à son coup d’essai. On le retrouve notamment en temps qu’auteur sur la troublante et non moins entrainante chanson “Un homme debout” de Claudio Capeo, chanson qu’il aura l’honneur d’interpréter lors des demi-finales de la Destination Eurovision 2019.

Mais Silvàn gardait encore plusieurs casquettes à nous dévoiler … D’où notre intérêt à provoquer cette entrevue avec un artiste complet, engagé et vivant que nous rêverions de voir consacré ce samedi, soir de la Finale.

Golem- Comme de nombreuses personnes, je t’ai découvert tout récemment sur les réseaux sociaux au travers de ton titre “J’ai entendu dire” interprété sur un banc lyonnais … On y découvre alors un artiste engagé ainsi qu’un parolier confirmé, au carrefour des rythmes urbains et de la chanson française…
  • Ma première question portera donc sur ton parcours musical, puisqu’au delà de Silvàn Areg il y a aussi Casus Belli, ton blaze de rappeur … Peux tu nous livrer un souvenir de tes premiers pas en studio à l’époque ?

Silvàn : A l’époque le studio était l’ultime récompense après des mois à peaufiner un texte et un titre. Au tout début je faisais des maquettes dans ma chambre avec un radio-cassette qui enregistrait ma voix et le son qui sortait d’un tourne-disque. C’était une autre époque !
Mon premier vrai passage en studio, j’ai dû économiser pendant 3 mois pour pouvoir me l’offrir.

  • On sent chez toi un aspect éclectique fortement assumé et une volonté de rester hors des cases en termes musicaux, trouves tu donc dans la chanson française une dimension qui te manquait dans le rap ?

C’est un espace de jeu encore plus grand, avant je jouais dans une petit parc, aujourd’hui je suis à Disneyland *rires* en tout cas les possibilités sont encore plus vastes et ça me plait.

  • Venons en maintenant à l’actualité puisque samedi prochain se tiendra pour toi, ainsi que pour les 7 autres finalistes, la sélection ultime à l’issue de laquelle la France aura son candidat pour l’Eurovision 2019 … Que pouvons nous te souhaiter de meilleur pour cette grande soirée ?

De prendre un maximum de plaisir, d’essayer de profiter du moment, pour ce qui est du reste et de la suite on verra bien, ça ne nous appartient pas !

  • Ta chanson “Allez leur dire” pétille d’impertinence mais au delà de ça elle trouve également le mérite d’avoir été entièrement écrite en français, contrairement à d’autres candidats qui s’empressent de s’incliner face à la langue de Shakespeare … Est-ce une volonté de ta part de préserver l’exception culturelle ?

La chanson à la base n’était pas prévue pour l’Eurovision, c’était une chanson comme une autre mais j’aime ce côté langue française assumée. Faire une chanson en Anglais c’est un peu faire du Hors-sujet … Ce n’est que mon avis bien entendu et il y a de superbes chansons franco-anglaises. Mais pour ma part aller à l’Eurovision ça doit se faire en français.

  • Sur tes réseaux on peut lire la mention “saltimbanque” faisant suite à tes activités d’auteur-interprète, quel sens donnes-tu à ce mot dans le cadre artistique ?

Je suis là pour divertir les gens et leur faire passer un bon moment, je ne me prend pas au sérieux et je ne prend pas la musique pour ce qu’elle n’est. Je fais des chansons, je divertis, fais passer un bon moment en essayant de toucher le cœur des gens qui m’écoutent.

  • On a également appris que tu préparais actuellement un album … Peux tu nous en dire plus sur sa composition ? T’y retrouvera t-on sous différentes musicalités ou en privilégieras tu une en particulier ?
L’album est presque prêt, j’en suis très fier et très content, il sera dans la continuité de ce que vous avez pu voir de Silvàn Areg. Des textes et mélodies qui essayent de toucher le plus grand nombre en mettant en avant un message de confiance en soi et de dépassement de soi. Se changer soi-même pour changer le monde …
  • Peux tu partager avec nous ton dernier coup de coeur musical, quel qu’il soit ?

J’ai vraiment beaucoup apprécié l’album d’Angèle dernièrement sorti.

Merci beaucoup pour tes réponses Silvàn, tu as tout notre soutien pour ce concours ainsi que dans tes futurs projets artistiques !

On se quitte sur la mélodie qui m’a fait te découvrir et qui m’a donné envie, une fois n’est pas coutume, de supporter un candidat de l’Eurovision ! HipHopCorner adresse également ses remerciements au site 2Pac Legacy et plus précisément à son créateur Florian qui nous a aimablement mis en contact … Merci encore l’ami ! Dans le même esprit de collaboration, nous adressons une petite dédicace à Cha.

Nous attendons désormais avec impatience cette finale samedi qui verra, on l’espère bien, venir les jours de gloire de notre champion !

What do you think?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Une fresque en hommage à Mac Miller à L.A.

Seth Gueko : « Mon fils m’a demandé pour poser sur mon album »