Dans un entretien fascinant avec OrelSan, le journal Le Parisien a fait appel à l’entourage du rappeur qui a délivré des anecdotes intimistes et fascinantes. La vie d’Orelsan est loin d’être un long fleuve tranquille. Tandis qu’il cumule les récompenses depuis la sortie de son troisième opus La fête est finie, l’artiste n’en termine pas avec les interviews et les passages en festivals. Pour Le Parisien, il s’est livré de manière plus précise sur son enfance et son avant-Orelsan. Gringe raconte notamment comment ils ont transformé leur maison en champ de guerre avant de compiler les conneries entre amis. “Comme du street golf, poursuit Gringe. On s’habillait en dandy, on allait piquer des balles de golf au club de Caen et on visait des bagnoles dans les rues. On était insouciant, insolent et sans limites. C’était une colonie de vacances entre mecs, une espèce de fête éternelle.” Clément Cotentin, cadet d’Orelsan confie même qu’il utilisait « un vieux collant et cintre tordu pour fai..
in

« Orelsan s’est fait virer de chez Quick car il essayait de changer les recettes des burgers »

Dans un entretien fascinant avec OrelSan, le journal Le Parisien a fait appel à l’entourage du rappeur qui a délivré des anecdotes intimistes et fascinantes.

La vie d’Orelsan est loin d’être un long fleuve tranquille. Tandis qu’il cumule les récompenses depuis la sortie de son troisième opus La fête est finie, l’artiste n’en termine pas avec les interviews et les passages en festivals. Pour Le Parisien, il s’est livré de manière plus précise sur son enfance et son avant-Orelsan. Gringe raconte notamment comment ils ont transformé leur maison en champ de guerre avant de compiler les conneries entre amis.

“Comme du street golf, poursuit Gringe. On s’habillait en dandy, on allait piquer des balles de golf au club de Caen et on visait des bagnoles dans les rues. On était insouciant, insolent et sans limites. C’était une colonie de vacances entre mecs, une espèce de fête éternelle.”

Clément Cotentin, cadet d’Orelsan confie même qu’il utilisait « un vieux collant et cintre tordu pour faire tenir le micro ». Très proche de l’artiste, il s’ose même à quelques anecdotes sur sa jeunesse plus que mouvementée, notamment lorsqu’il s’est fait évincer de chez Quick, faute à sa créativité.

“Orel a toujours aimé les trucs louches, comme des boissons au cactus avec des boules dedans. Le monde normal ce n’était pas pour lui. Je crois que c’est le seul mec à avoir réussi à se faire virer de chez Quick pendant une période d’essais. Il faisait n’importe quoi et avait même changé les recettes des hamburgers.”

L’interview du Parisien est véritablement fascinante, empilant les meilleures réactions de l’entourage d’un rappeur si populaire, mais pourtant si discret. Car si Orelsan parle finalement très peu de lui et se contente de quelques anecdotes autour de sa musique, ses proches ont visiblement beaucoup de choses à raconter.

À lire aussi : Orelsan explique comment il a choisi son nom de scène

Cet article « Orelsan s’est fait virer de chez Quick car il essayait de changer les recettes des burgers » est apparu en premier sur 2HIF.

What do you think?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Lil Pump tease sa collaboration avec XXXTentacion

Jazzy Bazz dévoile le très envoûtant “Leticia” accompagné du clip